Portraits et rencontres
Espace abonné

Lorsque les cendres de Germaine Tillion, résistante et déportée (mais toujours résistante) à Ravensbrück, entreront au Panthéon en mai prochain, la Franche-Comté sera aussi émue que s’il s’agissait de l’une des siens. À Besançon, au Musée de la Résistance et de la déportation est conservé tout le fonds es ses exceptionnelles archives, témoignage précieux sur le quotidien des femmes rebelles à l’occupation et qui ont été déportées depuis la France.

À la Citadelle, dans les réserves feutrées du Musée de la Résistance et la Déportation, on s’active fébrilement, comme si l’on préparait la venue d’une personnalité importante. Au fond c’est un peu le cas.

L’histoire remonte à 1995, année où la Citadelle reçoit tout un fonds d’archives sur les femmes françaises détenues à Ravensbrück. Parmi ces femmes déportées pour faits de résistance et rescapées, figure Anise Postel-Vinay, originaires du Bélieu, une commune du haut Doubs. Cette dernière connaît bien le Musée et sa fondation dirigée alors par Denise Lorach, elle même survivante de Bergen-Belsen. Besançon se distingue alors par sa collection d’art concentrationnaire avec notamment le fond de l’abbé Joseph de la Martinière ou les œuvres du peintre Jean Daligault, déporté NN pour Nacht und Nebel (Nuit et brouillard, voir encadré*).

NN, Anise Postel-Vinay l’est aussi, comme son amie de captivité Germaine Tillion dénoncée pour son appartenance au réseau de résistance du Musée de l’Homme.

L’obstination d’une chercheuse

Quand Germaine Tillion entrera au Panthéon en mai prochain, c’est cette page de la résistance des femmes française et de leur déportation qui sera gravée dans le marbre. Une résistance active sur le sol français durant l’Occupation puis tout aussi constante et quotidienne, voire méticuleuse et surtout ponctuée de traces écrites durant l’internement dans les camps de travail et de mort.

On doit à Germaine Tillion, ethnologue de formation, d’avoir su adapter à cette situation extrême, sa rigueur scientifique, son sens de l’observation, de l’analyse et son souci de la conservation des faits par l’écrit. Tout ça au service de la vérité.

Grâce à elle on connaît avec précision le quotidien et le destins de ces femmes dans un camp comme Ravensbrück.

À la fin de la guerre, une fois libérées, ces femmes ont repris le fil de cette obsession méticuleuse en recensant toutes les prisonnières connues faisant partie des convois ferroviaires ayant convergés vers Ravensbrück et ses camps satellites.

Ce travail colossal réalisé bien avant l’ère des bases de données est complété par des écrits de captivité réalisés au péril de savie, comme par exemple l’opérette Verfügbar aux enfers (voir plus loin page XX) que Germaine Tillion avait inventée pour remonter le moral de ses amies (peut-être aussi se distraire elle-même de son quotidien cauchemardesque).

Comme également ces recettes de cuisine d’apparence anodines qu’elle avait rédigées de telle sorte que la première lettre de chaque ingrédient formait soit le nom d’un geolier, soit d’un tortionnaire. Sortis du camp, ces acrostiches ont témoigné le moment venu.

Tout cela et bien d’autres choses figurent à la fois le quotidien de ces prisonnières d’une trempe exceptionnelle mais constitue 40 années d’une collecte qui ne l’est pas moins.

Le manuscrit de l’opérette

Anise Postel-Vinay a aidé Germaine Tillion a constitué ce fond et en 1995 elles se sont interrogées sur son devenir. Que faire de ce témoignage, à qui le confier ?

C’est ainsi que l’ensemble du fond arriva à Besançon en 95, lieu plus propice à le mettre un jour en valeur, en cohérence avec les archives déjà rassemblées.

« En 2009, nous avons complété ce fond par l’acquisition d’objets dont quatre lettres clandestines écrite par Germaine Tillion lorsqu’elle était à Fresnes », raconte Marie-Claire Ruet la conservatrice du musée bisontin. Cette correspondance secrète, elle l’avait rédigée sur des morceaux de tissu qu’elle faisait sortir grâce à un sac à double fond.

C’est ainsi que sont également retrouvés à Besançon le manuscrit de l’opérette et les acrostiches rédigées par Germaine Tillion ainsi que son étui de brosse à dents.

« Ce fut un moment fort pour le musée que ce rapprochement des archives et des objets lorsqu’Anise Postel-Vinay est venu apporter ces collections extraordinaires ! La boucle était bouclée » témoigne Mme Ruet. Ainsi est en effet réunie à la Citadelle la quasi intégralité de la collection Germaine Tillion pour le période 39-45.

Si l’actualité du musée est l’entrée de Germaine Tillion au Panthéon, le grand projet du lieu concerne les travaux de réaménagement de tout l’espace. Car l’expo permanente de 650 m2 sur deux étages n’a quasiment pas bougé depuis 1982. Cet espace pourrait être doublé dans les années qui viennent. « L’enjeu c’est de permettre de présenter notre collection d’art concentrationnaire qui est absent aujourd’hui du musée ». Car le paradoxe est là, rien du parcours de Germaine Tillion d’est actuellement visible à Besançon. D’où le projet d’une expo temporaire et d’actualité qui ouvrira ce printemps à la Citadelle.

C’est bien le destin de Germaine Tillion de bousculer les choses établies.


Edito

Nous suivre sur Facebook

 
 

Aujourd'hui

ÇA S’EST PASSÉ EN AOÛT
79 : Éruption du Vésuve qui ensevelit Pompéi et d'Herculanum 
1291 : Signature du pacte fondateur de la Suisse
1532 : Traité de rattachement de la Bretagne à la France
1572 : Début du massacre de la Saint-Barthélemy
1589 : Henri IV monte sur le trône de France
1693 : Découverte du procédé de fabrication du champagne par Dom Pérignon
1786 : Première ascension du mont Blanc
1789 : Publication des décrets sur l'abolition des privilèges féodaux
1792 : Emprisonnement de Louis XVI
1793 : inauguration du Musée du Louvre
1815 : Napoléon part en exil pour l’île de Sainte-Hélène
1858 : Charles Darwin présente sa théorie de l'évolution
1914 : L’Allemagne déclare la guerre à la Russie
1930 : Première apparition de Betty Boop
1934 : Décès d’Hindenburg, Hitler devient président du IIIe Reich
1940 : De Gaulle est condamné à mort par contumace par un tribunal militaire du gouvernement de Vichy
1944 : Arrestation d'Anne Frank par la Gestapo
1945 : Bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki par les États-Unis
1947 : Arrivée du radeau Kon-Tiki en Polynésie française après un périple de 6 900 km
1960 : Indépendance de la Côte d'Ivoire et du Sénégal
1961 : Début de la construction du Mur de Berlin
1962 : Arrestation de Nelson Mandela
Attentat du Petit-Clamart
Mort de Marilyn Monroe
1963 : Attaque du train postal Glasgow-Londres (30 millions de butin)
Discours de Martin Luther King : I have a dream
1974 : Richard Nixon démissionne à la suite du scandale du Watergate
1980 : Les ouvriers des chantiers navals de Gdańsk se mettent en grève
1981 : Présentation du premier ordinateur personnel
1982 : Attentat contre un restaurant juif rue des Rosiers dans le Pletzl à Paris : 6 morts
1985 : Disparition de Philippe de Dieuleveult au cours de la descente Africa-Raft aux environs d'Inga (RDC)
1990 : L'Irak envahit le Koweït,c’est le début de la primière guerre du Golfe
1999 : Éclipse solaire totale en Europe et en Asie
2015 : ouverture du nouveau canal de Suez en Égypte